La compagnie

En Août 2021, la Compagnie Catharsis a abandonné son nom pour devenir la Compagnie Solvelie. Changer de nom pour une compagnie ce n’est pas intrinsèquement refuser le chemin parcouru jusqu’à présent ou sa genèse. C’est au contraire, porter un masque nouveau, une nouvelle traduction de nos idéaux sans pour autant jamais dissimuler la profondeur de nos yeux, témoins de notre âme et de nos inspirations. Ce nouveau nom, tout neuf et inéprouvé, en clin d’œil à deux grandes figures théâtrales est en quelque sorte une esquisse de réponse à la triste réplique d’Hamlet : « Fragilité, ton nom est femme ». Si nous avons finalement retenu ces deux figures, dont nous vous laisserons le soin de les deviner, elles laissent toutefois dans leurs ombres tant d’autres grands personnages que nous avons du éclipser : Nora, Lucrèce, Anna, Ase, … »

Selon la Compagnie Solvelie le théâtre est une intersection entre la représentation et le réel lui-même. C’est pourquoi, la Compagnie défend un Théâtre éveillé, conscient des dynamiques de domination que la scène ne peut prétendre effacer. Le Théâtre défendu par la compagnie tend à être inclusif. La Compagnie Solvelie cherche à endiguer les idées préconçues qui nuisent à tous, en affirmant sa volonté d’un Théâtre populaire et exigeant : “élitaire pour tous” dans lequel le public pourrait se retrouver, à l’abri des distinctions sociales, autour d’un spectacle. 

Désireuse de réunir le public autour de ses créations, la Compagnie s’efforce de varier les formes de ses spectacles en amenant le théâtre au plus près des spectateurs. Elle a jusqu’à présent créé des spectacles aux formes aussi bien conventionnelles que dépaysantes pour les artistes comme le Théâtre de Rue ou les Lectures. La compagnie vogue également entre les répertoires, du romantisme au contemporain avec néanmoins une préférence affirmée pour le répertoire contemporain qu’elle revendique notamment à travers les auteurs B.M. Koltès et J.L. Lagarce. D’autre part, la Compagnie revendique son Théâtre comme une intersection de disciplines artistiques.

Enfin, la Jeunesse semble indissociable de l’identité de la Compagnie Solvelie. Fondée avec une réelle volonté d’émancipation et loin des chemins habituels, la compagnie évolue aujourd’hui dans le paysage professionnel en imposant sa force : la jeunesse, celle que Victor Hugo considérait comme la jeunesse puissante de son époque théâtrale. De ce fait, la jeunesse se retrouve ainsi en filigrane ou de manière affirmée dans tous les spectacles de la Compagnie. Elle donne ainsi sens à ces mots empruntés à Lazare Herson-Macarel “La Jeunesse doit vivre”. 

Julien Tanguy et Johanne Lutrot,
Directeurs artistiques de la Cie Solvelie

La Compagnie Solvelie est une compagnie professionnelle déclarée auprès des services de l’Etat.

Crédits photos : Valentin Legrand – 2018